Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des mots d'instants

<< < 1 2 3 > >>

S'endormir un lundi soir tard à 1h30, quand son homme dort déjà.

Consulter l'air de rien sur son smartphone le fil d'un réseau social et apprendre que Maurane, oui, Maurane, est décédée dans son appartement bruxellois, pas très loin de chez moi. C'est tout simplement comme un cauchemar éveillé. Une chose à laquelle on ne peut pas croire. 

J'ai revérifié sur d'autres sites mais la RTBF a été la première a avoir relayé cette info qu'on veut pas lire ni entendre.

Parce que les artistes nous apportent du bonheur, des vibrations, des sensations à nulle autre pareille.

Je me suis pourtant endormi mais, en me réveillant, la douleur fut plus grande. Elle s'est accentuée au fil de ma journée de travail. 

J'ai vu Maurane en concert il y a près de 15 ans, au Cirque Royal de Bruxelles. Au 2e ou 3e rang ? Tout proche. La voyant venir sur scène en avouant souffrir de la mort de son père. Ca ne l'a pourtant pas empêchée de tout donner, dans son concert, avec une générosité énorme et une voix qui, je m'en rappelle, me prit aux tripes. C'était l'époque de "Toutes les mamas", de "Sur un prélude de Bach", de "Mentir" et j'en oublie.

Tu vas me manquer, Maurane. Comme tu vas manquer à tant et tant...

Voir les commentaires

Ca pourrait paraître nunuche et cucul de publier une image de coucher de soleil. 

Le genre d'images qu'on a vu des milliers de fois et qui va jusqu'à nous faire honte au moment de choisir une carte postale à envoyer à tonton quand on est en vacances en bord de mer. 

Mais le soleil se lève et se couche partout. Sur la mer, la montagne, la ville et même sur les quartiers sales et moches. Regardez cette photo. Vous avez vu ces vagues que le soleil laisse évaporer pour prolonger le plaisir de la vue ? N'a-t-on pas tendance à oublier de savourer ces instants sur lesquels nous n'avons aucune prise, aucun pouvoir.

Non. Ici, l'artiste, le peintre, c'est le ciel et ses astres. Après des mois de grisaille où on allait oublier qu'il existait toujours et éternellement une boule de feu, cette lumière s'offre à nous. Même si elle nous demande de grelotter un peu. Comme pour la mériter à nouveau, comme pour nous défier si on veut s'en remplir les yeux, nos sens, notre corps tout entier.

Réapprendre à savourer ces instants, c'est croire à nouveau aux saisons, à la vie dans sa globalité. Tout comme le ciel, elle est changeante et imprévisible. Tantôt éclairante, tantôt sombre. Oublier de se poser et de contempler le lever ou le coucher d'un astre, c'est un peu comme oublier la fragilité de la vie.

Et sa préciosité.

Voir les commentaires

C'était comme un choc ce matin.

Du bleu dans le ciel. Beaucoup. Puis, au fur et à mesure que la journée s'écoulait, les nuages s'accumulaient. Au lieu de s'évader.

Peu importe, le peu de bleu nous fait nous éloigner d'un épuisement d'hiver trop intense, trop fort, trop injuste, trop éreintant. 

Il était tard quand je suis rentré du boulot mais j'ai savouré cette vue, presque, oserais-je dire, cette "vision", même de la fenêtre du bureau. D'une saison qui se prépare, on l'espère, qui se profile, on le suppute, qui sera là, on ne devrait pas en douter. 

Cette lumière, ces nouvelles ombres nous éloignent un peu plus, petit à petit, d'un hiver morose qui a battu des records (?) d'absence de soleil, de luminosité. Et (tous les) Dieu(x) sait (savent) combien il agit sur notre humeur, sur sa constance, sur notre optimisme ou pas, sur notre manière de... vivre, tout simplement.

Mais n'oublions pas d'autres lumières qui peuvent, malgré tout, éclairer notre vie. Comme un Amour naissant, comme un sourire d'enfant, comme une image sympa et inattendue qu'on se surprend à contempler.

La vie reste belle. Il suffit juste, tel un avion, d'aller percer les nuages pour y retrouver la lumière.

Voir les commentaires

 

la lumière de vie peut s'éteindre à tout moment. Sur la photo, vous verrez ce soleil manquant, cette petite lanterne éclairant un sol pourtant ébloui par un ciel quasi bleu. Comme un soleil de pacotille. Comme un faux-semblant.

Et puis, ça nous ramène à la vie, à ce manque de lumière, parfois. D'éclaircissements. C'est frustrant.

La vie, c'est fragile. Trop, parfois.

J'ai un ancien pote d'école qui a perdu sa belle. Par ce foutu crabe. Il dévore tout et ça fait mal. Ca fait mourir. 

Et c'est une douleur d'apprendre tant de souffrances à vivre d'abord pour elle. Mais aussi pour les siens, pour lui. C'est juste injuste. C'est tout bonnement cruel. Difficile. Innommable.

Ce bonhomme me disait tant ce matin qu'il fallait vivre, profiter de chaque instant comme s'il était le dernier.

C'est ce que je me dis de plus en plus et encore davantage. Juste VIVRE. Chaque jour, chaque instant, chaque moment. Quelles que soient les épreuves de cette p... de vie.

Car cette lueur que vous voyez sur cette photo, il faut la voir comme un espoir.

Et sans espoir, on se meurt. Quoiqu'on ait vécu.

Voir les commentaires

Un soir d'hiver, à la fraîcheur tremblante, un rayon de soleil m'est apparu.

Il est entré dans ma demeure et sa chaleur a envahi mon espace. Une chaleur bienveillante et bienfaisante. Tellement que la nuit s'est mêlée au jour.

Les instants ne se comptaient plus, ils se savouraient. Tendrement, sensuellement.

Aujourd'hui, on se moquerait presque des saisons. Tendresse humaine et regard de braise se mêlent au bleu azur de mes propres yeux.

Quand il fait jour, on oublie que les étoiles sont toujours dans le ciel. On ne les voit plus alors qu'on peut les admirer avec le coeur. Et mon coeur, il bat plus fort depuis quelques jours. Il ne s'en plains pas. Il veut me dire que je vis intensément un beau début d'histoire.

Voir les commentaires

Selon ses envies, ce qu'elle ne maîtrise pas, un exercice imposé par la force des éléments, la mer du Nord côté belge nous offre des paysages apaisants, parfois angoissants.

Tout ça est cadeau.

Quand notre Terre est la plus vénérable des artistes...
Quand notre Terre est la plus vénérable des artistes...

Voir les commentaires

Il est des films dont on ne sait même pas qu'ils auront existé.

Des diffuseurs comme Sundance Channel en sont des porte-paroles précieux.

Red Knot est un de ces moments de fiction qui font rêver avant de nous confronter à notre propre réalité. Ici, c'est une lune de miel qui se fête par un voyage en Antarctique. Le couple embarque et se laisser bercer par les flots avant d'affronter les vagues des conflits naissants.

Pour une question de passion, de révélation. Chacun ou chacune se reconnaîtrait dans cette quête personnelle inattendue. Celle qu'on pense remettre à plus tard mais qui s'impose dès qu'on quitte ses repères quotidiens. Ce sentiment soudain de plénitude quand on affronte l'inconnu oppressant mais terriblement excitant. Parce qu'il nous met face à nous-mêmes, à nos défis, nos peurs, nos doutes.

Et on est alors face à un challenge. Se faire plaisir ou trop concéder à l'autre ?

C'est aussi ça le défi quotidien et la force du couple : se révéler à soi-même et cesser de se mentir en mesurant les risques de perdre celle ou celui qu'on aime.

 

Voir les commentaires

lI y a mille et une façons de rentrer de voyage.

S'en attrister, le regretter déjà, s'en remémorer les plus belles images, regarder les clichés, appréhender le quotidien qui revient.

Mais il y a aussi mille et une façons de prolonger un voyage.

En ramener un tapis de bain et s'en rappeler à chaque douche du matin, écouter en streaming les chaînes de radio du coin, s'enivrer de senteurs d'épices dénichées là-bas, en apprendre la langue encore et toujours,... et même tout simplement déjeuner avec une tartinade d'un produit local chocolaté à base de pâte de sésame.

Un matin, ce pot au goût d'ailleurs en arrive à sa fin, doucement. Il n'en reste que quelques cuillères. On se surprend à réduire la portion sur le pain. Histoire de prolonger le plaisir.

Puis en vient un autre : celui de se dire qu'à la toute dernière bouchée, il sera temps d'y repartir.

Voir les commentaires

C'était juste là, à l'arrêt du bus. A deux pas de cet antre où j'apprends le grec moderne.

J'en revenais un peu fatigué, certes, mais heureux.

J'aurais presque bien fermé les yeux longuement pour éviter les trottoirs sales, les passants pas nets, les voitures poussiéreuses et les vitrines de fast-food suintantes de mauvaise graisse.

Je lève les yeux vers le tableau horaire. Encore 6 minutes à attendre.

Un peu plus haut que cet affichage lumineux fade, mon regard se fige sur un coeur. Un coeur qui semble tenu d'un fil par une femme peinte de noir. Une myriade d'oiseaux l'entoure et illumine le mur de cette façade qui, sans cet art salutaire, plomberait davantage encore l'ambiance urbaine.

Un luminaire encore éteint semble bien impuissant, de toute façon. Ces traits, ces couleurs n'attendent que le soleil pour vivre et s'assombrir au gré du ciel et des jours qui se lèvent et se meurent.

La maison d'à côté a la grise mine du Monde pas joyeux qu'on habite aujourd'hui.

Le coeur rouge, les oiseaux et ses compagnons d'art redonnent juste l'espoir, l'envie.

Presque l'envie de ne pas reprendre le bus qui, avec ses habitués, ses visages renfrognés, ses rires retenus, ses sourires trop figés, me fait reprendre la route.

Mais je sais qu'au bout du chemin, un autre coeur m'attend. Celui de l'homme que j'aime.

Voir les commentaires

En attendant son prochain...

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 > >>
Haut

Des mots d'instants

Se poser, capter, écrire des instants de vie qui intriguent, apaisent ou interrogent. Parfois, un peu de rêverie et de fiction s'en mêlent.

Hébergé par Overblog